CONNEXION

INSCRIPTION

créer un compte

rapide et gratuit !

Nouveautés en préparation ajoute glapatsnap sur ton snapchat !

Rejoins Glapatate sur Twitter Rejoins Glapatate sur Snapchat Rejoins Glapatate sur Facebook

connexion

annuler

Ce site utilise des cookies pour une navigation optimale et des cookies tiers pour une expérience personnalisée.

Adresses - Associations  

Parents d'homo.

Introduction :

>> Cet article est à destination des parents d'homosexuel-les. Il est extrait avec autorisation, d'une brochure de l'association de parents, de familles et amis de gais et de lesbiennes "CONTACT".
Vous trouverez ici toutes les adresses des antennes de l'association contact.

Une prise de conscience précoce :

>> Beaucoup d'homosexuels, filles ou garçons, se rendent compte très précocement qu'ils sont différents des autres ; parfois dés l'age de sept ou huit ans, le plus souvent à la préadolescence, quand leurs camarades commencent à s'intéresser aux personnes du sexe opposée. Partant de vagues impressions, ils doivent effectuer un long cheminement avant d'avoir une conscience raisonnée de leur situation, puis un cheminement peut être encore plus long avant de pouvoir s'accepter tels qu'ils sont. Dans tous les cas, il ne s'agit pas d'un choix, d'un effet de mode, ni même des conséquences d'une mauvaise influence ou d'une déception sentimentale.

Des origines inconnues :

>> Les explications génétiques émises par certains chercheurs sont très controversées dans la communauté scientifique. A l'heure actuelle, tout tendrait à prouver qu'il n'existe pas de gène de l'homosexualité. Par ailleurs divers manuels de psychologie ont fait état, tour à tour, des influences du père démissionnaire et de la mère castratrice, ou du père trop exigeant et de la mère trop effacée. Ces théories, outre le fait qu'elles se contredisent les unes des autres, ne tiennent pas compte de l'ensemble du milieu éducatif (les parents, mais aussi l'école, les camarades, les autres adultes, la rue, etc...) dans lequel baigne l'enfant et qui dépasse largement la cellule familiale. Dans l'état des connaissances d'aujourd'hui, il faut bien reconnaître que nous ignorons encore totalement les origines de l'homosexualité.

" Nous ne sommes pas coupables " :

>> L'homosexualié est rarement envisagée dans les traditions culturelles et éducatives familliales. L'enfant homosexuel se situe généralement hors du cadre "normalement" prévu. Impuissants face à cette situation nouvelle que nous ne maîtrisons pas, nous parents, cherchons alors à en découvrir les causes. Cela nous conduit très féquemment à nous considérer comme responsables de "l'état" de notre enfant. Nous sommes ainsi amenés à dévelpper un sentiment de culpabilité qui peut s'exterioriser sous forme d'agressivité contre l'enfant qui n'a pas su répondre à notre attente, contre nous même ou contre notre conjoint. Cette situation est dificile à vivre. Elle aboutit souvent à un état dépressif qui peut, à son tour, culpabiliser l'enfant devant la souffrance de ses parents. Dans tous les cas, elle compromet les possibilités de dialogue au sein de la famille. Ce sentiment de culpabilité est très fréquent et nous sommes nombreux à l'avoir ressenti. Pourtant, nous savons qu'il est infondé. Rien ne permet d'affirmer que les parents sont responsables de la situation. Nous avons élevé notre enfant du mieux que nous avons pu, avec tout notre amour.

La route vers l'acceptation :

>> Tous les parents font pour leurs enfants des projets qui, bien souvent, sont contrecarrés par les évènements de la vie. Il est parfois difficile de s'adapter aux propres désirs de l'enfant. C'est un travail de deuil inévitable mais, généralement, tout s'arrange quand on constate qu'il a trouvé le bonheur dans la voie qu'il a choisie. Ceci n'est, bien évidemment, pas propre aux parents de gais et de lesbiennes. Pour ces derniers cependant, il est un rêve qui peut être brisé : celui d'avoir un jour des enfants. C'est une des toutes premières reflexions que se font les parents et leur douleur peut se trouver aggravée s'ils n'ont qu'un seul enfant. Certains homosexuels éprouvent aussi les mêmes regrets.
Le cheminement vers l'acceptation pleine et entière de l'homosexualité de notre enfant est souvent long et tortueux : des avancées alternent avec des périodes de recul, de doute, de remise en cause. Nous avons tous connu cette ambivalence des sentiments et nous continuons parfois à y être confrontés. Toutefois, dans ce domaine comme dans d'autres, nous sommes convaincus, pour l'avoir vécu, qu'il convient de laisser "du temps au temps". À force de dialogue et d'écoute, il est possible de comprendre et d'accepter progressivement son enfant dans sa différence.

Une image sociale en constante évolution :

>> La condition réservée aux homosexuels varie fortement selon les époques et les sociétés. Du rejet à l'intégration totale - qui reste cependant l'exception - la loi et le regard de la société sur les homosexuels évolue de pair. Ainsi, les homosexuels iraniens sont-ils, encore aujourd'hui, punis de la peine de mort par lapidation, alors que ceux de San Fransisco peuvent vivre paisiblement en famille avec leurs enfants. Plus près de chez nous, ils sont emprisonnés en Roumanie, mais ils peuvent se marier en Suède.

Nos enfants ont besoin de nous :

>> Le choix de vivre au grand jour, pour les personnes homosexuelles, est un facteur déterminant du progrès de leur reconnaissance sociale. Pour nos enfants, cette visibilité ("coming-out" ou "sortie du placard") permet de sortir du mensonge, de la honte, de l'osstracisme et de l'isolement, pour se placer dans l'acceptation de soi et, pour certains, dans la fierté. Elle peut passer simplement par le refus de mentir lorsque sont abordées les questions de la vie privée ou encore par la volonté de participer ouvertement à la vie sociale. C'est sans doute sur ce terrain-là que nos enfants ont le plus besoin de nous. En tant que parents, le problème se pose de manière analogue : comment vivre cette différence avec notre entourage familial, professionnel, social ? Comment affronter le regard parfois ironique des autres, les quolibets, les histoires "drôles", les brimades... ? Nous pouvons, nous aussi, refuser de mentir sur leur vie et agir pour faire en sorte que celle-ci ne soit pas méprisée en raison de leur orientation sexuelle. Il ne s'agit pas forcément de le dire à tout le monde, mais plutôt de ne pas s'enfermer, de ne pas mentir, de s'exprimer simplement, en témoignant que notre enfant est resté le même, et que nous lui gardons notre confiance et notre amour.

Pose tes questions à Sheila Moor !

Pose ta question à notre sexologue, elle te répond en privé ! Avec Sheila : pas de langue de bois !

Pose lui ta question - Son twitter

La phrase du jour !

Quand on entend ce qu'on entend et quand on voit ce qu'on voit, je suis bien contente de penser ce que je pense!

Propose ta phrase - Vote

Ton horoscope du jour

C'est le jour parfait pour faire le trie, le ménage, de tirer les choses au clair en somme.

Autres signes

sexualité jeunes - témoignages - articles - rencontres jeunes gay - forum - horoscope gay - contact
trouver une association gay en France - site de rencontres tolérant